ABC de l'infertilité. L'infertilité féminine est le plus souvent causée par le cycle d'ovulation. Le départ bloqué de l'ovule, ou le fait qu'il n'y ait pas d'ovule à passer, a pour conséquence d'empêcher la grossesse. On sait que le déséquilibre hormonal (avec l'âge), l'endométriose, les infections bactériennes et les fibromes utérins en sont la cause. La grossesse nécessite que l'ovule naisse, pénètre dans l'utérus, puis se fixe dans la paroi utérine.

A

Âge : la fertilité d'une femme diminue avec l'âge.
L'alcool consommé en excès peut entraîner des problèmes d'accouchement et de santé générale.
L'anorexie est un trouble alimentaire qui peut entraîner des problèmes d'ovulation.
Facteurs auto-immuns : Les composés antithyroïdiens, les composés anti-spermatozoïdes et les cellules tueuses naturelles activées peuvent entraîner l'infertilité.

B

Troubles de la coagulation sanguine : Des antécédents de lupus érythémateux systémique (LES), de polyarthrite rhumatoïde, d'accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque peuvent indiquer des troubles de la coagulation sanguine. Ces troubles peuvent à leur tour causer toute une série de problèmes si une femme devient enceinte.
La boulimie est un trouble alimentaire qui peut également entraîner des problèmes d'ovulation.

C

Le cancer et ses traitements : Certains cancers, comme les cancers de l'appareil reproducteur féminin, peuvent altérer considérablement la fertilité. Les traitements anticancéreux comme la chimiothérapie et la radiothérapie sont susceptibles d'influencer la capacité d'une femme à se reproduire.
La caféine : La consommation excessive de caféine a été associée à un retard de conception chez les femmes qui essaient de devenir enceintes.
La sprue cœliaque est une maladie qui affecte les personnes et entraîne une incapacité à tolérer le gluten, un produit alimentaire fréquent. Elle peut affecter la nutrition, les facteurs immunitaires et les hormones. Toutefois, si l'on suit un régime rigoureux, l'infertilité peut être inversée.
Dommages au col de l'utérus pouvant inclure : une mauvaise muqueuse cervicale, un rétrécissement du col de l'utérus, des infections du col de l'utérus ainsi qu'une réaction immunitaire aux spermatozoïdes appelée " allergie au sperme ".
La maladie de Cushing est un trouble endocrinien ou hormonal qui peut provoquer l'infertilité.
Les kystes peuvent entraîner des problèmes d'ovulation.

D

Le diabète : De nombreuses femmes atteintes de diabète de type 2 souffrent également du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et peuvent avoir plus de mal à concevoir que les femmes non diabétiques.

E

Grossesse extra-utérine : Certaines interventions chirurgicales ou traitements pour une grossesse extra-utérine antérieure peuvent rendre la grossesse plus difficile.
Endométriose : L'endométriose peut interférer avec l'ovulation, l'implantation d'un embryon et, dans les cas les plus graves, un tissu cicatriciel peut se développer et provoquer une distorsion de l'anatomie pelvienne.
Les toxines environnementales, comme le plomb, les pesticides, les parabènes et les phtalates, provoquent des problèmes de reproduction et de santé chez les personnes qui sont continuellement exposées à ces produits chimiques puissants.
Exercice extrême qui entraîne une réduction substantielle de la graisse corporelle.

F

Les trompes de Fallope sont bloquées ou endommagées.
Les fibromes peuvent provoquer l'infertilité en bloquant les trompes de Fallope.

G

Voies génitales : une obstruction dans les voies génitales peut empêcher les spermatozoïdes d'atteindre l'ovule.

H

Solvants chimiques agressifs : Les environnements de travail utilisant un excès de composés chimiques agressifs, comme les salons de coiffure, les nettoyeurs à sec et les spas, ont été associés à un taux accru de fausses couches chez leurs employées.
Le VIH/SIDA et les remèdes correspondants provoquent des anomalies en utilisant l'ovulation d'une femme.
Un déséquilibre hormonal génère une anovulation. (une incapacité à ovuler)

I

Consommation de drogues illicites : Il a été démontré que des drogues telles que l'héroïne, la cocaïne et l'ecstasy ont des effets dramatiques sur la fertilité féminine et masculine. Si ces médicaments sont utilisés à long terme, il peut en résulter des problèmes reproductifs permanents qui peuvent empêcher la conception.
L'infection ne se contente pas de bloquer physiquement l'ovulation, elle peut aussi entraîner un déséquilibre hormonal qui se traduit par une anovulation.
Carence en fer : Les femmes qui prennent un supplément de fer réduisent considérablement leur risque de devenir anovulatoire.

J

Relancez la fertilité en acquérant des habitudes saines. Mangez sainement. Faites de l'exercice modérément. Adoptez une bonne hygiène personnelle et évitez les abus importants de substances.

K

Maladie rénale

L

Équilibre du mode de vie : En gardant votre mode de vie en équilibre, vous vous assurez que de nombreuses causes d'infertilité sont sous votre contrôle.

M

Mauvais fonctionnement de l'hypothalamus : L'hypothalamus et la glande pituitaire doivent fonctionner correctement pour que l'ovulation ait lieu.
Les médicaments : Les médicaments tels que les antidépresseurs, les piqûres de stéroïdes et les médicaments contre l'hypertension artérielle peuvent tous affecter le système reproductif de manière négative.
La ménopause : La ménopause précoce est l'absence de menstruation et la fatigue prématurée des follicules ovariens avant 35 ans.
Absence ou irrégularité du cycle menstruel : Parmi les signes indiquant qu'une femme n'ovule pas normalement, citons l'absence ou l'irrégularité des menstruations.
Le syndrome métabolique est un état prédiabétique qui est fortement lié aux maladies cardiaques. Cette condition est diagnostiquée lorsqu'au moins trois des éléments suivants sont présents : Obésité abdominale ; résistance à l'insuline ; glycémie élevée ; hypertension artérielle ; et faible taux de HDL (bon cholestérol).

N

Le nombre d'ovules que possède une femme est essentiel. En vieillissant, une femme produit moins d'ovules.

O

Le dysfonctionnement ovulatoire est une ovulation anormale, irrégulière ou absente.

P

La maladie inflammatoire pelvienne est considérée comme une conséquence à long terme de plusieurs maladies sexuellement transmissibles ainsi que de la vaginose bactérienne (VB), de la chirurgie rectale et d'autres processus gynécologiques qui traversent le col de l'utérus. La maladie inflammatoire pelvienne est une inflammation de l'appareil reproducteur supérieur de la femme, notamment des structures de l'utérus, des ovaires et des trompes de Fallope.
Une mauvaise alimentation peut affecter l'équilibre hormonal d'une femme.

Q

Qualité des ovules : La qualité des ovules a une incidence considérable sur votre fertilité. Des ovules de mauvaise qualité vous permettront d'avoir du mal à tomber enceinte et à rester enceinte.

R

Fausses couches récurrentes : Si le fait d'avoir déjà fait une fausse couche n'augmente pas le risque de fausse couche récurrente, les femmes qui ont subi deux pertes de grossesse sont plus susceptibles de subir une perte de grossesse récurrente.

S

La formation de tissu cicatriciel sur les trompes de Fallope peut nuire à la fertilité en bloquant les tubes et en empêchant les mouvements effectués pour trouver et attraper les ovules.
Les maladies sexuellement transmissibles (MST) entraînent la maladie inflammatoire pelvienne, qui provient de la même bactérie et provoque l'infertilité.
La drépanocytose : rien ne prouve que la fertilité féminine soit affectée par la drépanocytose, mais la grossesse peut entraîner un certain nombre de problèmes graves tels qu'un taux plus élevé de fausses couches et de mort-nés, la prééclampsie, des infections et bien plus encore.
Utilisation des stéroïdes : Les stéroïdes anabolisants sont dérivés de l'hormone mâle, la testostérone. Par conséquent, l'utilisation de stéroïdes peut avoir un effet dramatique sur le système reproducteur féminin et masculin, affectant la fertilité de façon permanente.
Le stress peut affecter l'équilibre hormonal d'une femme.

T

Un dysfonctionnement de la thyroïde peut empêcher l'ovulation en perturbant l'équilibre des tissus reproducteurs naturels de l'organisme.
Tabac Le tabagisme : Les femmes qui fument ont 60 % plus de risques d'être stériles que les non-fumeuses.
Les tumeurs ne se contentent pas de bloquer physiquement l'ovulation, elles peuvent aussi entraîner un déséquilibre hormonal qui se traduit par une anovulation.

U

Le syndrome du follicule non rompu se produit chez les filles qui créent un follicule normal, avec un ovule à l'intérieur, chaque mois, mais le follicule ne se rompt pas, ce qui empêche l'ovulation.
Infertilité inexpliquée : La raison de l'infertilité chez environ 20 % des couples ne peut pas toujours être déterminée.
L'utérus : Les polypes et autres problèmes de l'utérus peuvent entraîner l'infertilité.

V

Diverses anomalies des glandes : Des problèmes de glandes comme l'hypophyse, la thyroïde et la glande surrénale peuvent retarder ou empêcher les ovaires de libérer un ovule.

W

Le poids : Les femmes qui sont considérablement plus lourdes ou plus légères que leur poids idéal sont plus susceptibles d'être anovulatoires, et donc infertiles, que les filles qui se situent dans leur fourchette de poids normal.

X

Anomalie du chromosome X : Une femme a besoin de deux chromosomes X fonctionnels pour une reproduction normale. Lorsque l'un d'eux est anormal, la fonction ovarienne est défaillante.